Le Crédac

La partie continue 1

Exposition collective

Artistes : Karina Bisch, Stéphane Calais, Nicolas Chardon, Philippe Decrauzat, Barbara Gallucci, Jacques Julien, Didier Marcel, Mathieu Mercier, François Morellet, Olivier Mosset, Christian Robert-Tissot

La partie continue / The Game Goes On
« Mais certainement pour l’époque actuelle, qui préfère le signe à la chose signifiée, la copie à l’original, la représentation à la réalité, l’apparence à l’essence… seule l’illusion est sacrée, la vérité profane » dans Ludwig Feuerbach, L’essence du christianisme (1841), cité par Guy Debord dans La société du spectacle (1967).

Originalité, authenticité, continuité, sont-ils encore des enjeux pour l’histoire de l’art ?

C’est ce que souhaite, à travers les propositions artistiques des onze artistes, interroger cette exposition. Son titre La partie continue 1 trouve ici un triple écho :

1- Il s’agit de la première exposition que j’organise dans la totalité des salles du centre d’art, à la topographie singulière, sorte de « white cube » en pente, à la géométrie en légère distorsion.

2- Ce titre porte en lui la notion du jeu entre continuité et discontinuité, perte et gain, échec et mat !

3- Enfin il y aura La partie continue 2 à l’automne 2004 (et une publication regroupant l’ensemble).

Cette « partie continue » induit que bon nombre d’artistes aujourd’hui, informés, cultivés, et conscients, envisagent les formes historiques comme une vaste banque de données disponibles. Et ils les réactivent.

De même ils citent, ils reprennent, ils rejouent, ils se réfèrent, ils varient, ils recyclent, ils recombinent les filiations et parviennent à modifier la création artistique de façon significative.


Car l’art se nourrit de l’art.

Cette exposition est envisagée sous la forme d’un dispositif : c’est-à-dire fait d’éléments hétérogènes fonctionnant comme autant de points de vue et de particularités distinctes, pour tenter d’établir une connexion entre les œuvres individuelles, dans le contexte englobant de l’ensemble. Peintures, dessins, vidéos, objets mobiles en sont les constituants.


Et comme ils citent, je cite également :

« Le carré est par excellence la forme inventée par l’homme. Et ce qui est merveilleux, c’est qu’il ne réfère à rien, il ne dessine rien de la réalité. »
Jesús Rafael Soto, artiste

« Ce qui me plaît dans la peinture aujourd’hui c’est qu’elle est totalement balisée. Pas un cm2 d’une toile n’a échappé à un débat théorique et chaque décision aujourd’hui se situe en référence à l’histoire. Chaque proposition est une citation, donc, je prends tout. »
Christophe Cuzin, artiste

“Everything is purged from this painting, but art.”
John Baldessari, artiste

“Less oil, more courage”
Tableau de Rirkrit Tiravanija, artiste

« Les poètes mineurs empruntent, les grands poètes volent. »
T.S. Eliot, poète

« La reprise me fascine. C’est le contrepoint de la mémoire de quelque chose. C’est le signe que tout peut revenir. »
Rodolphe Burger, auteur, compositeur, interprète

« C’était comme voir deux équipes de footballeurs aveugles essayer de jouer sur un terrain abandonné, sans que personne n’ait la charité de leur dire que les buts ne sont plus là depuis des années. »
Jonathan Coe, écrivain


Et là je m’autorise à remplacer les derniers mots par : « que les buts ne sont plus placés au même endroit depuis des années » — modification déterminante pour cette exposition.


Claire Le Restif

Vidéo(s)

Film de l’exposition © Le Crédac

Partager cette page sur :FacebookTwitter