Le Crédac

Radio ghost

Laurent Grasso

Commissariat : Claire Le Restif

Là où Laurent Grasso nous fait prendre de la hauteur en 2e sous-sol. C’est-à-dire conduire le spectateur de Radio Ghost à vivre l’expérience du « tapis volant » en survol d’un paysage ultra-contemporain, au sein de l’espace sans horizon possible du Crédac. À vivre deux expériences, l’envers et l’endroit, le son et l’image, le détail et l’écran aux larges dimensions.

Là où Laurent Grasso lie avec adresse le micro et le macro. Précisément comment l’hyperréalisme de nos cités est le décor des individus qui ont au plus profond d’eux-mêmes des consciences, des inconscients, liés à la plus stricte intimité, à l’irrationnel, aux esprits, aux fantômes, à un au-delà du réel qui pour chacun d’entre nous est ce qui permet d’être tout à fait dans le réel justement.

Le dispositif proposé par Laurent Grasso met en exposition, indique, informe du contenu même des enjeux du scénario qu’il a imaginé. Non pas un scénario lié à la construction d’une narration mais plus précisément un scénario de travail pour que l’histoire, les histoires s’inscrivent. Laurent Grasso est de ces artistes inspirés par les principes de réalité liés à l’imaginaire. Dans les modes de construction de son travail, les possibles altérations perceptives se transforment en attentions.
Hallucinations, vertiges, rêves, démesures, esprits fantomatiques, expériences sensorielles constituent le vocabulaire de ses recherches.

Dans cette cabine de projection de sons, nous sommes en relation avec les êtres nous contant des histoires si intimes, que leur nature même est indéfinissable. Ni belles histoires, ni drames, ni cauchemars, seulement étranges car étrangères à nous.

Dans la salle par contre, nous sommes dans un rapport de réduction physique face au spectacle de cette ville-maquette, générique contemporain d’une hyper réalité. Ici c’est l’œil qui survole et non le corps placé au cœur de la vie, au pied des immeubles.

Claire Le Restif



Laurent Grasso s’attache depuis quelques années à transcrire dans ses œuvres (principalement photographiques, vidéographiques et sonores) l’invisible; plus précisément il cherche à créer une tension par l’absence.

Dans Projection, une de ses œuvres récentes, une masse informe envahit les rues de Paris sans que l’on sache de quoi il s’agit vraiment. Ce « nuage » dont la nature est indéfinissable (poussière ou vapeur d’eau?) avance inéluctablement. Or son mouvement ne semble rien troubler. Le son qui accompagne cette scène est sourd, enveloppant et tout aussi inquiétant.

Le travail de cet artiste est empreint de doute et d’inquiétude, d’irrationnel et de mystère, de paranoïa et de menace provoqués par le réel. Laurent Grasso ne dessine pas une vidéographie narrative, qui annonce ou représente. Il donne à vivre aux spectateurs des expériences inédites et fortes.
Au contact de ses hypnotiques et singuliers dispositifs d’exposition, nous pouvons extrapoler, imaginer, attendre, projeter, puisqu’il créait des œuvres ouvertes qui nous propulsent et nous installent dans un état limite et étrange ou l’expérience sensorielle est fondamentale.

Testant nos capacités à comprendre des situations, à lire des images, Laurent Grasso suggère avec une certaine démesure la présence d’esprits fantomatiques (Radio Ghost, 2004), de phénomènes étranges (Projection, 2005) ou de rites qui échappent (Soyez les bienvenus, 2002). Les formes d’hallucinations qu’il met en place par une altération de la perception, laissent supposer son attention à faire fusionner l’intime et l’universel.

Claire Le Restif (altadis)
Ivry-sur-Seine le 20 décembre 2005

Biographie artiste

  • Né en 1972 à Mulhouse, France.
    Il vit et travaille entre Paris, France et New York, États-Unis.
    Laurent Grasso est représenté par la galerie Perrotin, Paris.

Partager cette page sur :FacebookTwitter