Le Crédac

Wolfgang Stoerchle

Commissariat : Alice Dusapin

Wolfgang Stoerchle est une figure artistique assez confidentielle des années 1970. Il a laissé une empreinte discrète mais certaine sur toute une génération d’artistes californiens, notamment grâce à ses vidéos et performances dont la matière première était son propre corps.

Né en 1944 à Baden Baden en Allemagne, Wolfgang Stoerchle et sa famille ont déménagé au Canada en 1959. En 1962, alors qu’il a 17 ans, il part à dos de cheval avec son frère pour une traversée des États-Unis jusqu’à Los Angeles qui durera 11 mois. Stoerchle revendiqua ensuite ce voyage comme sa première œuvre artistique.

Après avoir passé trois ans à l’Université d’Oklahoma puis deux ans à UCSB, il devient l’un des premiers enseignants de CalArts (James Welling, Matt Mullican, David Salle et Eric Fischl comptaient parmi ses étudiants). C’est une période très prolifique dans son travail où il tourne des vidéos à l’aide d’une caméra Portapak. Il réalise aussi des performances emblématiques comme sa tentative d’avoir une érection devant un public (réalisée dans l’atelier de Robert Irwin en 1972) ou d’avoir une relation sexuelle avec un homme (présentée dans l’atelier de John Baldessari en 1975).

Rejouant des actions élémentaires mais fondamentales pour interroger des changements d’état et de statut, utilisant son propre corps comme moyen d’expression, Stoerchle a marqué la scène artistique de Los Angeles de manière significative. Travaillant souvent avec des notions d’inconfort et de vulnérabilité, dans un espace flou entre humour et sincérité, ses œuvres ne « marchaient » pas toujours — et c’est là que résident leur efficacité. Lors d’une répétition d’une de ses pièces il décrira celle-ci comme un « succès par l’échec ». A méditer.

Il déménage à New York en 1973 où il commence à se désintéresser du monde de l’art. Pendant deux ans, il voyage et fait de nombreuses retraites — étudiant ses rêves et vivant dans les montagnes mexicaines comme un ascète — avant de finalement s’installer à Santa Fé, où il revient lentement à la création artistique. Sa vie et son œuvre sont difficilement séparables.

En 1976, Wolfgang décède à l’âge de 32 ans dans un accident de voiture.


À l’occasion de la parution de la première monographie que lui consacre Alice Dusapin, Wolfgang Stoerchle, Success in Failure, le Crédakino présente une sélection de vidéos que Wolfgang Stoerchle réalise à CalArts entre 1970 et 1972 à l’aide d’une caméra Portapak ainsi que sa dernière vidéo, Sue Turning, filmée en studio à l’aide de trois caméras à l’occasion d’un workshop dans le Connecticut.

Documents

  • Feuille de salle de l’exposition — WOLFGANG STOERCHLE
    895.46 KB / pdf
    Téléchargement

Biographie commissaire

  • Née en 1989, à Paris, Alice Dusapin est éditrice et chercheuse indépendante, co-fondatrice et co-directrice de la revue octopus notes et de la maison d’édition Daisy.
    Depuis 2017, elle mène des recherches sur le physicien, éditeur et poète Bern Porter (1911–2004) ainsi que sur le vidéaste et performeur Wolfgang Stoerchle (1944–1976) dont elle vient juste de publier la première monographie (Wolfgang Stoerchle, Success in Failure).

Évènements & Rendez-vous

Partenariats

Pour l’ensemble de son travail Alice Dusapin a bénéficié du soutien du CNAP, de la fondation Jan Michalski pour l’écriture et la littérature, est lauréate d’une bourse de recherche du Getty Research Institute, de la Terra Foundation for American Art, et est pensionnaire à l’Académie de France à Rome — Villa Médicis en 2020–2021.

    Partager cette page sur :FacebookTwitter