Le Crédac

Derek Jarman, l’alchimiste

Elisabeth Lebovici & Claire Le Restif

Derek Jarman, l’alchimiste (peinture, film, plantes, mots) : rencontre entre Elisabeth Lebovici, docteure en esthétique et critique d’art, et Claire Le Restif, commissaire d’exposition et directrice du Centre d’art contemporain d’Ivry - le Crédac, autour de l’oeuvre de Derek Jarman.

Elisabeth Lebovici (auteure de Ce que le sida m’a fait - Art et activisme à la fin du XXe siècle, ed. JRP, 2017) intervient sur le côté non sublimé des peintures de Derek Jarman et sur la possibilité de trouver dans son travail plastique le répulsif tel que théorisé par Georges Bataille. Elle compare également, pour mieux différencier, les peintures de Derek Jarman à celles de Cy Twombly, de Ana Mendieta et de Sigmar Polke. L’historienne de l’art aborde enfin les questions de la postérité et celle du regard, ou plutôt, d’un aveuglement progressif, telles qu’elles ont pu être pensées par l’artiste britannique décédé des suites du sida en 1994.

Cette rencontre est disponible sous la forme de podcast sur Crédac Radio (à écouter sur Anchor, iTunes et Spotify).


Les images projetées lors de la rencontre sont visibles sur le blog d’Elisabeth Lebovici.

EXPOSITIONS ET ŒUVRES CITÉES :

  • Exposition « Derek Jarman: Protest! », Irish Museum of Modern Art, Dublin, 2019.
  • Derek Jarman et Guy Ford, Sloane Square: A Room of One’s Own, 1974-1976. S8mm, couleur et noir et blanc, 8min19.
  • Derek Jarman, Now we’ve all been screwed by the cabinet, 1992. Huile sur toile.
  • Derek Jarman, AIDS Blood, 1992. Huile sur toile.
  • Derek Jarman, True Blue, 1992. Huile sur photocopie sur toile.
  • Cy Twombly, Ferragosto III, 1961.
  • Cy Twombly, Wilder Shores of Love, 1984-1985.
  • Cy Twombly, Lepanto VIII, 2001. Acrylique, craie grasse et graphite sur toile.
  • Derek Jarman, Infection, 1993. Huile sur photocopies sur toile.
  • Derek Jarman, Fuck me blind, 1993. Huile sur toile.
  • Derek Jarman, T.B. or not T.B., 1990. Huile et techniques mixtes sur toile.
  • Derek Jarman, Ataxia - AIDS is fun, 1993. Huile sur toile.
  • Derek Jarman, Tragedy, 1992. Huile sur photocopie sur toile.
  • Ana Mendieta, Body Tracks, 1982. Captation vidéo d’une performance.
  • « Martha Wilson à Halifax, 1972–1974 », Centre Pompidou, Paris, 2021.
  • Derek Jarman, Sulphur, 1973. S8mm, couleur, 16 min.
  • Mark Morrisroe, Ramsey (Lake Oswego), 1986.
  • Sigmar Polke, Mephisto, 1988. Techniques mixtes sur toile.
  • Derek Jarman, Household God III (Wagner), 1989. Techniques mixtes.
  • Sigmar Polke, The Spirits That Lend Strengh Are Invisible II (Meteor Extraterrestrial Material), 1988. Granules de météore et résine synthétique sur toile.
  • Sigmar Polke, Athanor, 1986. Installation, colorant hydrosensible de chlorure de cobalt.
  • Derek Jarman, Blue, 1993. 35mm, couleur, son surround, 74 min.
  • Zoe Leonard, Mirrors, 1990. Série de photographies.
  • Derek Jarman, Eyes, 1986. Huile et techniques mixtes sur toile.

    BIBLIOGRAPHIE :
  • Elisabeth Lebovici, Ce que le sida m’a fait - Art et activisme à la fin du XXe siècle, JRP Ringier, 2017, 320p.
  • Catherine Perret, Le tacite, l’humain - Anthropologie politique de Fernand Deligny, éd. du Seuil, 2021, pp.94-95.
  • Derek Jarman, Chroma, éd. de l’Eclat, 2019, 256p.

Son(s)

Derek Jarman, l’alchimiste avec Elisabeth Lebovici & Claire Le Restif

Partager cette page sur :FacebookTwitter