Le Crédac

Nouement

Marie Preston

Organisé par le Centre d’art contemporain d’Ivry – le Crédac, la Galerie Fernand Léger et le Service Retraités, en partenariat avec le Service Loisirs de l’Enfance de la Ville d’Ivry-sur-Seine, le projet Nouement a consisté en une rencontre intergénérationnelle entre les séniors et les enfants d’Ivry.

Cet atelier artistique a été mené par Marie Preston au Foyer-logement Croizat, avec les enfants du centre de loisirs Maurice Thorez B et du centre sportif Pierre et Marie Curie à Ivry-sur-Seine.

Il s’agit d’un atelier d’écriture orale et visuelle de la mémoire, pour simultanément se remémorer le passé et se projeter dans le futur. À partir de leur vécu, de leurs découvertes, de leurs expériences, les participants ont travaillé ensemble à l’élaboration d’une histoire commune. Les enfants ont raconté leurs rêves d’avenir, l’image de leur vie, de leur monde à 80 ans ; les ancien(ne)s ont partagé en réponse les souvenirs de leurs 8 ans, d’un passé que les enfants ne peuvent avoir vécu. La (re)découverte de photographies apportées par les participants, la diffusion d’extraits de films anciens et la fabrication de dessins ont été au cœur des échanges. Chacun selon son savoir-faire (peinture, dessin, broderie…) est intervenu sur des images en les modifiant, en les redessinant, en les nouant entre elles pour mieux s’approprier l’histoire des autres.

Quand les rôles se sont échangés, compris, répétés, visualisés, entendus et sentis, ils ont été mis en scène pour la vidéo. Les portraits des participants, les sons de leur voix se sont noués dans la réalisation d’un film collectif. À chaque séance, un chroniqueur, enfant ou retraité(e), a rendu compte photographiquement de la rencontre.

Biographie artiste

  • Le travail artistique de Marie Preston (née en 1980, vit et travaille à Paris) se constitue comme une recherche visant à créer des œuvres, documents d’expérience, avec des personnes a priori non artistes. Les rencontres sont suscitées en engageant une activité dans des territoires spécifiques : pratique du tricot au sein de l’Association des Femmes Maliennes de Montreuil, déplacement sur des chemins historiques disparus entre Paris et ses communes limitrophes, travail documentaire sur une pratique rituelle en Inde, sur les jardins partagés en région parisienne ou encore sur le jardin d’agronomie tropical de Nogent. Pour que la « co-création » ait lieu, la collaboration doit s’instaurer en un rapport de réciprocité des savoirs et des savoir-faire pour faire émerger un espace commun. Cet espace s’épaissit dans la durée et l’activité collective. Photographies, sculptures, performances et films prennent forme selon des modalités diverses allant de la restitution d’expérience à des actions collectives.

Partager cette page sur :FacebookTwitter