Le Crédac

Le dos du désert

Exposition collective

Artistes : Méryll Ampe, Clarisse Bachellier, Maxime Bersweiler, Maxime Bichon, Juliette Broquet, Louise Folly, Virginia Gamna, Pierre‐Henry Kleinbaum, Olivier Lavenac, Alice Maillot, Sara Martinetti, Gloria Maso, Floriane Pilon, Allister Sinclair, Hua Yang, Alicia Zaton

Commissariat : Les étudiants de l’Atelier de Recherche et de Création « Opus Collection » de l’ENSA de Paris-Cergy

Les étudiants de l’Atelier de Recherche et de Création « Opus Collection » de l’Ecole nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy (ENSAPC) investissent le Crédac à partir de la collection privée d’art minimal et conceptuel de Françoise et Jean-Philippe Billarant.

« Chère Françoise, cher Jean-Philippe,


Votre collection montrée au Silo, lieu que vous avez ouvert à Marines dans le Val d’Oise en 2011 a constitué, en filigrane, l’épine dorsale de notre projet. Amenés à interroger ce corpus d’œuvres minimales et conceptuelles des années 1970 à aujourd’hui, nous avons imaginé le projet Le dos du désert. Impressionnés par votre accrochage tiré à la règle et par la puissance des propositions de nos aînés, nous avons été sensibles à votre générosité et au désir d’ouvrir votre collection à une expérience toute particulière. Les histoires que vous nous avez racontées lors de nos rencontres et la grande proximité que vous entretenez avec les œuvres et les artistes nous ont permis de générer de nouveaux dialogues formels et conceptuels avec ces figures historiques.
Que dire de plus sur ces œuvres tant de fois explorées ? Jusqu’où peut-on dénuder l’œuvre pour en extirper le noyau de nos productions ? Comment nous positionner par rapport à cet héritage ? Pour l’étudiant comme pour l’artiste, il s’agira toujours de se situer. En partant de nos pratiques respectives, nous avons déjoué ou rejoué les matériaux, les gestes et les postures pour les confondre, les retourner ou les prolonger. Ainsi s’amuse-t-on à dessiner des lignes de désir entre les artistes de la collection et entre trois lieux institutionnels. Ces sentiers formés par le temps qui permettent de relier et de rapprocher certains points d’une ville réapparaissent dans ce projet sous forme d’intersections géographiques, intellectuelles et affectives où des pratiques jeunes osent se mêler à celles qu’elles citaient.
De ces lieux et de leurs croisements émerge un paysage commun, suggéré par le titre de l’exposition en forme de paradoxe Le dos du désert, lieu qui ne peut exister qu’à la condition de le créer de toute pièce.


Bien amicalement,


Méryll Ampe, Clarisse Bachellier, Maxime Bersweiler, Maxime Bichon, Juliette Broquet, Louise Folly, Virginia Gamna, Pierre‐Henry Kleinbaum, Olivier Lavenac, Alice Maillot, Sara Martinetti, Gloria Maso, Floriane Pilon, Allister Sinclair, Hua Yang, Alicia Zaton »

Partager cette page sur :FacebookTwitter