Le Crédac

Land & Sea

Jessica Warboys

La série des Sea Paintings est centrale dans le travail de Jessica Warboys. En effet, ses peintures généralement de grand format se situent à la jonction du rituel, de la performance et du processus artistique, trois moteurs importants du travail de la jeune artiste.
Elle réalise ces séries directement dans le paysage, plus précisément sur la côte anglaise où l’artiste installe ses toiles sur la plage. La conjonction des pigments mêlés au vent et aux vagues ont produit ce résultat sensible. Ce processus lié à la performance, à l’improvisation du geste est similaire à la manière dont Jessica Warboys conçoit ses vidéos, dans lesquelles la narration est révélée au fur et à mesure du montage comme un puzzle.
Ici Jessica Warboys présente sur un seul écran une trilogie composée de deux films récents et d’un film inédit. La forêt de Fontainebleau (2010), Marie de France (2010) et Victory Park (2011) sont trois films autonomes qui forment pour cette occasion un triptyque. Un seul des trois est sonore. L’artiste britannique lit un poème de Marie de France, une poétesse du XIIe siècle qui vivait, comme Jessica Warboys, entre Londres et Paris.
Les trois films ont pour décor le paysage extérieur, qu’il soit dessiné par l’homme comme dans le jardin anglais de Victoria Park, qui date du XIXe siècle, ou bien naturel comme la forêt de Fontainebleau qui a longtemps eu les faveurs des peintres de paysage (l’École de Fontainebleau par exemple). Marie de France placé au centre du triptyque est composé d’un subtil mélange de décor extérieur, une prairie aux herbes folles et de décor intérieur. Dans chaque partie de la trilogie le corps est fragmenté, la caméra se concentre sur les jambes et les mains de deux personnages féminins.
Jessica Warboys met en œuvre des scénarii mystérieux, poétiques et ritualisés.
Au cœur de son travail les légendes et autres mythes fondateurs sont fortement évoqués notamment à travers la manipulation d’objets. Le plus récurrent est le miroir qui est archétypal et intemporel. Il permet malicieusement de reproduire le visuel dans le visuel, il est une métaphore de la peinture et des jeux d’optique, il est tout simplement producteur d’images.


L’exposition de Jessica Warboys À l’étage est présentée du 24 mars au 5 mai 2011 à la Maison d’art Bernard Anthonioz (Nogent-sur-Marne), dans le cadre de la programmation « Satellite 4 » du Jeu de Paume, proposée par Raimundas Malašauskas.

Vidéo(s)

Film des expositions personnelles d’Aurélien Froment et Jessica Warboys © Le Crédac

Ressources pédagogiques

Biographie artiste

  • Née en 1977 à Newport, Royaume-Uni
    Vit et travaille entre Suffolk, Royaume-Uni et Berlin, Allemagne.

Partenariats

Partenaires média : Kaléidoscope, Le Journal des Arts, Slash, www.initiartsmagazine.com, Fluxus

Partager cette page sur :FacebookTwitter