Le Crédac

Campagne 1

Laurent Grasso

Commissariat : Lucie Baumann, Caroline Cournède, Sébastien Martins et Léna Patier

Laurent Grasso (né en 1972) a tourné Elysée dans le salon doré, lieu de l’exercice du pouvoir présidentiel depuis Charles de gaulle qui y installa le premier son bureau. L’artiste choisit de ne pas en montrer d’emblée un point de vue d’ensemble, tel qu’on est amené à le percevoir lorsqu’on y accède, mais de l’aborder par le détail. S’instaure ainsi une proximité presque intime entre le lieu et le regardeur, déjouant les procédés de mise en scène et de distanciation. 
L’objectif de la caméra parcourt chaque élément du décor d’apparat avec une certaine solennité, accompagné d’une composition originale de Nicolas Godin. Parmi les reliefs sculptés et les dorures, qui révèlent la charge historique et l’héritage monarchique, émergent l’anecdotique et le prosaïque. Laurent Grasso accorde, sans distinction, la même attention à la courbe d’un câble de lampe ou à une voiture miniature. L’examen tend à faire apparaître le lieu sous ses multiples niveaux de réalité, au-delà de ses symboles, dans sa dimension personnelle et sa fonction utilitaire.
L’existence de ce film témoigne d’une volonté de transparence et de désacralisation d’une fonction présidentielle qui prône la «normalité». Vu aujourd’hui, l’écrin vide nous évoque la vacance du pouvoir et peut aussi être vu comme une invitation à y projeter sa future incarnation.

Partager cette page sur :FacebookTwitter