chargement/loading
le Crédac /

  • Infos
  • Expositions
  • Événements
  • Publics
  • Éditions
  • Presse
  • Nos missionss
  • RG
  • Apocalypso
  • des attentions

    Du 18 janvier au 31 mars 2019
    Vernissage le jeudi 17 janvier de 17h à 21h


    rgx 10 côté jardin


    Commissariat : Brice Domingues,
    Catherine Guiral et Hélène Meisel
    Avec : Fouad Bouchoucha, Laurence Cathala, Raymond Hains, Susan Hiller, Nicolás Lamas, Daria Martin, Antoni Muntadas, Daniel Steegmann Mangrané, Batia Suter, Suzanne Treister.


    Communiqué de presse


    Le Crédac invite Brice Domingues, Catherine Guiral et Hélène Meisel à concevoir cette exposition collective et la 10e édition de Royal Garden, plateforme éditoriale en ligne, pensée à cette occasion comme amorce et prolongement du projet global. Des attentions explore la duplicité des régimes d’attention dans un milieu numérique, où la capacité de concentration est devenue un capital, tout autant canalisé et capté que saturé et dilapidé. Quelque part entre le désœuvrement et la désinformation, la « désattention » saperait la réceptivité de l’esprit. Alors qu’il estime que l’œuvre d’art nécessite une contemplation concentrée, Walter Benjamin note en 1939 une « réception par la distraction, de plus en plus sensible dans tous les domaines de l’art, et symptôme elle-même d’importantes mutations de la perception ». Différente de la flânerie, de la dérive ou du divertissement, la distraction contemporaine est un voyage immobile, voguant d’interfaces en interfaces, aiguillée par l’appât du lien. Créées au tournant des années 1990, certaines œuvres de l’exposition interrogent l’émergence d’une économie de l’attention, convertie en parts de marché par l’industrie médiatique. Pour contrer ces rouages d’une société du contrôle, Antoni Muntadas désire une attention qui soit intentionnelle : « la perception requiert de s’impliquer ». Des démarches plus récentes sondent le potentiel d’hypnose, de rêve et parfois d’hallucination que promettent les écrans, la navigation et les réseaux, reconfigurant les expériences de la lecture et du récit, comme celles du dialogue et du discours. Des pratiques critiques, résistantes et pirates esquissent alors la possibilité de se dérober à une attention directive, par l’adoption de focales biaises, émancipées et furtives, tactiles et facétieuses, plus susceptibles de rallier la définition écologique de l’attention pensée par Yves Citton : la capacité d’être attentionné, de se soucier et de prendre soin. Veiller sur plutôt que surveiller.

    Infos /
    Expositions /
    Événements /
    Publics /
    Éditions /
    Presse /
    Royal Garden /